Intrigue #1

Les Assassinats

Des cadavres jonchent les rues de la Nouvelle-Orléans depuis peu... si les humains pensent qu'il s'agit de simples mortels, les factions savent que ce sont certains des leurs qui tombent. Mais qui peut bien vouloir s'en prendre à tous ? Qui est à l'origine de ses assassinats sanglants ? Les factions et les Anciens mennent l'enquête... mais gare à ce qu'ils vont trouver. Des secrets pourraient être révélés.
Lire plus

à adopter de toute urgence !

Partenaires

Petites annonces

31/01/2019 — Bienvenue ! cherche un partenaire RP! Plus d'infos par par ici.
31/01/2019 — Nous voilà, tout frais, tout nouveau !! Ouverture du forum
17/07/2016 — Lancement de l'intrigue #1, renseigner-vous pour y participer ...

Top sites

Musique

©️linus pour Epicode
En bref



 

 :: Dossiers des personnages :: Dossiers à la Mairie :: Dossiers acceptés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Akrep Tweeling : sorcier, liche et pharmacien
Akrep Tweeling
Age : 27
Messages : 6
Dollars : 2
Date d'inscription : 01/02/2019
Ven 1 Fév - 17:22
Voir le profil de l'utilisateur



Akrep Tweeling

  • ø
  • 15 avril 1764
  • 254 ans
  • pharmacien
  • other
  • sorcier/liche
  • Emiya Kiritsugu – Fate/
N'oubliez jamais que les émotions sont l'apanage des mortels.

Physique & Caractère

Possédant une peau pâle, et des yeux aussi noirs que ses cheveux en bataille, Akrep ressemble à un homme proche de la quarantaine. Malgré un costume trois pièce complété d'un long manteau, il donne en permanence un sentiment d'indolance et de désintérêt, fumant nonchalamment une cigarette avec un regard vide quand il n'est pas derrière le comptoir de sa pharmacie. Son regard vide et le fait que sa température corporelle soient particulièrement basse sont des indicateurs de sa nature, bien que les humains le considéreront simplement comme un homme ennuyeux ou dépressif. Plutôt svelte et de taille moyenne, il ne sort de fait pas trop du lot, et s'en contente avec joie pour le moment : la Nouvelle-Orléans n'est pas sûre pour ceux qui attirent l'attention.  
Son esprit est à l'image de son apparence : indolent, insensible presque. La non-mort a prélevée sa taxe sur la psychée de l'homme, réduisant sentiments et motivations en de vagues échos de ce qu'ils étaient. Bien qu'il n'ai pas prévu cet effet secondaire, Akrep s'en accomode sans grand-peine (de toute façon il ne peut pas vraiment être choqué à présent), et s'est tourné vers la recherche de connaissances et la cultivation des arts nécrotiques. Bien qu'il ai retrouvé l'âme de son ancien amant en portant son regard dans l'au-delà, son cœur mort et sa raison l'ont poussé à laisser celui-ci reposer en paix : il a même tissés quelques sorts pour le protéger de l'ingérence que d'autres nécromanciens pourraient tenter d'éxercer sur lui. Aujourd'hui, il attend patiemment son heure pour pouvoir se mêler plus avant aux sorciers sans risquer que la tension, omniprésente au carré, ne lui attire les foudres des vampires. Après tout, il a tout son temps : et les âmes qu'il envoit recueillir des informations dans toute la ville lui rapportent encore de quoi s'améliorer par lui-même. Le vaudou est un sujet de recherche particulièrement passionnant.

Histoire

Je suis né en Angleterre, il y a de cela plus de deux siècles. Elevé dans une famille de sorciers, j'ai malgré tout prit un certain plaisir à profiter de l'argent familial pour m'offrir des cours d'escrime, grâce auwquels je me montrai rapidement brillant une rapière à la main. Cependant, cela reste anecdotique. Si nous sommes ici pour parler de moi, alors il me faut vous parler de ma mère. Que je n'ai jamais connue. Sa mère, née en Nouvelle Orléans, a quittée la ville pour rentrer en Angleterre, car le marais lui était insupportable. Cependant, il semblerait que cela n'aie guère réussit à la famille, puisqu'elles sont toutes deux mortes en couche.
J'ai, pour être franc, un rapport très particulier avec la mort. Celle de ma mère y a sans doute joué un rôle bien sûr, mais les meurtres et les accidents ne furent pas particulièrement rares autour de moi pendant ma jeunesse, moins encore avec les gens m'étant proches. Le tournant qui aura marquée ma vie restera pourtant la mort de Krebs, mon amant, qui avait emménagé avec sa famille non loin de notre demeure pendant mon adolescence. Nous étions deux jeunes hommes en pleine fleur de l'âge, et le reste appartient au passé.  
Cependant, lui comme moi avions des origines en Louisianne, et je suspectait une sombre affaire d'avoir poursuivit sa famille jusqu'ici. A partir du moment où je le perdais, l'attention que je portais à mes pouvoirs changea drastiquement pour se concentrer sur un terrain rarement apprécié : la nécromancie.  
Il serait pourtant faux de penser que je cherchais à le ramener à la vie. J'étais parfaitement conscient des limitations de la magie dans ce domaine, mais il me fallait saisir l'essence de la mort. Comment dire … c'était quelque chose de terrifiant, quelque chose qui m'avait volé les êtres qui m'étaient les plus proches, quelque chose que je pouvais pourtant utiliser à mon avantage pour me venger.  
J'appris à relever des pantins de chair, d'os, à utiliser les rats et les insectes pour infliger malédictions et maladies. Puis je commençai à approfondir mon lien avec mes ancêtres, et (peut-être) le dénaturer un peu, pour pouvoir appeler et manipuler les âmes des défunts. Je retrouvai Krebs parmi le peuple de l'au-delà, mais je préférai le laisser à son repos. Un repos que j'avais d'ors-et-déjà choisis de ne jamais connaître.
Autant le dire, j'étais jaloux de l'immortalité de certaines bêtes surnaturelles. En tant que sorcier, je pensais pourtant bien pouvoir l'atteindre moi-même, d'une façon que d'aucun aurait jugé peu enviable : j'allais devenir une liche. Une fois mon âme enfermée dans mon cadavre, et le tout relié à un phylactère, je marcherais sur le fil ténu de la non-mort pour toute l'éternité qu'il me plairait de connaître. La mort ne me menacerait plus. Plus jamais.




Le rituel était complexe, il demandait nombre d'ingrédients, contenait nombre de contraintes, et nécessitait une puissance non négligeable. Je ne saurais dire s'il fut un succès complet ou non, mais je suis bel et bien un mort-vivant en atour d'humain, plusqu'un sorcier, aujourd'hui. Ce nouvel état m'a permis de mieux comprendre et approfondir mes capacités ésotériques, mais je ne peux m'empêcher de noter que j'y ai perdu quelque chose. Une étincelle diraient certains. Mes émotions ne sont qu'un lointain écho de ce que je pouvais ressentir de mon vivant.  




Puis est arrivé le vingtième siècle. C'est fou comme il n'est rien arrivé de particulier entre mes 30 et mes 130 ans, ou presque. J'avais déjà du faire la guerre pour ma patrie, mais ce sont les deux guerres mondiales qui m'ont le plus marqué. Choqué même. Je mourrai plusieurs fois au champ d'honneur, et la mort était partout. Avec la plus grande des prudence, j'utilisai mon savoir pour donner des avantages décisifs à mes alliés, mais la faucheuse n'avait de cesse de nous emporter, moi et mes camarades … La seule différence étant que j'avais, pour ma part, les moyens de revenir. Je garde de cette période une haine des armes à feu : et là où ma haine est teintée de respect et de curiosité pour la mort, elle n'est que dédain et colère pour les revolvers et leurs semblables. Je pensais qu'après de tels tragédies, les humains cesseraient leurs folies ... j'avais tort. Et le pire ? Il n'étaient pas les seuls à être fous.
J'ai soufflé ma 192° bougie quand certains d'entre nous furent appelés à combattre pour la cause en Nouvelle-Orléans. Les échos que j'eus de cette tentatives furent pour le moins .. mitigés. Je ne fus pas de ceux-là ceci dit : à l'époque, j'étais partis m'installer en France. Mais à l'aube des années 2000, je réalisai que mes talents ne progressaient plus. Que je manquais de matériel d'étude. C'est une des raisons qui m'ont poussées à retracer les pas de ma grand-mère et à me présenter à la Nouvelle-Orléans, où il me fut aisé de devenir l'assistant d'un pharmacien : on imagine mal à quel point un être immortel a le temps d'étudier, et encore moins comme la concoction de potion peut s'avérer utile dans ce métier. Quelques années après, il prenait sa retraite et me cédait son affaire. Malgré mes motivations initiales, et le fait que ma nature soit connues des factions surnaturelles, je n'ai encore eu que peu de contacts avec les sorciers de la ville. Et comme ma pharmacie se trouve en territoire vampire, je ne peux me permettre de trop développer mes liens avec les sorciers sous peine de m'attirer des ennuis.
La politique est un fléau pour l'esprit.
Créé par Tænebras

Hu … rythme de RP erratique, on va dire .-.
Revenir en haut Aller en bas
Romy Hennessy
Messages : 17
Dollars : 3
Date d'inscription : 30/01/2019
Ven 1 Fév - 17:40
Voir le profil de l'utilisateur
OK, je dois le dire.... JE SUIS FAN. Ton personnage est vachement cool et j'ai hâte de le voir sur le terrain hahahahaha !! Et pour être franche, j'adore les histoires où il y a un silence, comme si on allait découvrir des choses à son sujet plus tard 8D


Validé !

Bienvenue sur le forum

Félicitations, te voilà validé !

Tu peux maintenant faire plein de choses ! Mais d'abord... il te faudra aller recenser ton personnage et faire une demande d'habitation. Pense également à venir proposer ton métier (ici) !!

Pour pouvoir rp, tu peux évidemment passer une demande de rp, vérifier qu'il n'y a pas de demandes qui t'intéressent et surtout, proposer aux autres membres de te joindre dans une aventure !

Actuellement, un sujet commun pour l'intrigue a été ouvert, tu peux le rejoindre si tu le désires ♥️

Tu peux également te proposer en tant que parrain si tu le souhaites car c'est cool les parrains !

Nous te souhaitons une chouette aventure sur le forum et à très vite !!

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: